Community ManagementEtudes & AnalysesFacebookTwitter

Comment les réseaux sociaux peuvent-ils agir au service de l’humanitaire ?

L’exemple de l’ouragan Sandy ou la crise post-électorale en Côte d’Ivoire nous avait montré que les réseaux sociaux pouvaient prouver une utilité bien différente de celle que nous leur connaissons habituellement.  Le drame au Népal qui s’est produit le 25 avril dernier prouve encore aujourd’hui que Facebook, Twitter et Google peuvent apporter un soutien ainsi que des possibles solutions face à de telles catastrophes. Que faire quand les hôpitaux ne fonctionnent plus, que les aéroports sont saturés et que le gouvernement est complétement dépassé par les évènements subit par le pays qu’il dirige ? Comment aider les gens qui sont pris au piège, qui sont blessés ou qui se trouvent dans des zones si reculées qu’ils n’ont aucun accès à la nourriture et aux soins. Comment diffuser des appels à témoin de façon large, rapide et efficace ? Des outils ont depuis peu été développés et mis en place afin de répondre au mieux à ces problématiques touchant le monde entier. Outre les mouvements de solidarité qui se multiplient sur le net,  d’autres actions sont menées à bien sur différentes plateformes par les plus grandes firmes de ce monde :

 

Facebook

  • Appels à témoin et dons

De nombreuses personnes sensibilisées et touchées par le malheur par lequel ont pu être frappés les népalais ainsi que les  différents ressortissants étrangers, se sont mise à poster des photos de personnes disparues et dont on est sans nouvelles. Des vidéos et des articles relatifs à la catastrophe ont également été publiés dans le but de faire remonter tout contenu relatif au sujet dans les fils d’actualité Facebook des utilisateurs. Marck Zuckerberg a également souhaité mettre en place plusieurs fonctionnalités permettant aux familles de recevoir des « nouvelles » de leurs proches. Ainsi l’outil « Safety Check » (« Contrôle d’absence de danger » en français) apparait sur l’écran des utilisateurs du réseau social se trouvant à proximité ou sur la zone du séisme. Si les personnes en question s’avèrent être hors de danger et se connectent à leur compte, un message d’information sera automatiquement publié sur le mur de leurs proches, leur permettant ainsi d’être rassurées et de rassurer leurs cercles sociaux.

Une page dédiée à la catastrophe a également été créée par Facebook afin de répertorier les identités des personnes présentes et à proximité au moment du drame afin de vérifier qui est en sécurité et qui ne s’est pas encore signalé. Des groupes de soutien et d’entraide ont été également été créés par des internautes afin d’apporter leur aide aux personnes concernées.

En plus de ces dispositifs, Facebook a également appliqué un système en ligne permettant de faire des dons. Si les internautes du monde entier permettent d’atteindre la barre des 2 millions de dollars de don, Facebook promet de doubler la somme afin de reverser l’intégralité du montant à une ONG médicale Medical Corps qui sera dédiée à venir sur place en aide aux victimes et aux personnes dans le besoin.

 

Twitter

  • Appels à témoin

Sur le réseau social de l’oiseau bleu, Twitter, les appels à témoin sont de plus en plus nombreux, émulant alors la twittosphère de façon plus concernée et consciencieuse, celle-ci étant plus souvent habituée, de façon générale, aux sujets légers comme les résultats footballistiques ou la dernière robe portée par Kim Kardashian. De nombreux tweets sont postés par la famille, les amis et tout l’entourage touché de près de ou de loin par l’évènement malheureux. Certains tweets montrent la photo de  personnes disparues, d’autres font mention d’hashtags crées pour l’occasion permettant ainsi aux tweets diffusés de bénéficier d’une plus grande visibilité sur la toile grâce au référencement (#nepal,  #Nepalearthquake, #NepalQuake).

 

Google

  • « Person Finder »

L’outil « Google Person Finder » mis en place pour le tremblement de Terre d’Haïti en 2010 a depuis peu été réactivé pour aider les personnes disparues dans le séisme du Népal.  Il permet de recueillir, de chercher et de partager des informations sur une personne portée disparue et dont on est sans nouvelles depuis la catastrophe. Il est possible de trouver des informations sur une personne dans une base de données en tapant son nom ainsi que son prénom dans un moteur de recherche spécifique. L’outil est configuré de telle façon à ce qu’il soit possible de rajouter d’autres informations complémentaires. Une fonction de création de nouvelle fiche sur une personne recherchée est également mise à disposition, envoyant alors une notification ainsi qu’un statut aux personnes concernées par la personne disparue. Actuellement, l’outil comptabilise 7 300 fiches rattachées aux évènements du Népal.

L’outil en question est également disponible par SMS, ce qui lui confère un rayonnement d’action plus important et non négligeable surtout lorsque l’on sait à quel point certaines zones peuvent être sinistrées.

Souvent décriés comme des outils coupant de la réalité et excluant socialement leurs utilisateurs, les réseaux sociaux auront prouvé être bien plus que des supports de communication dédiés au loisir et aux partages de vidéos de lolcatz. Modulés en puissants instruments de communication par le biais d’échanges d’informations cruciales, d’initiatives humanitaires et  ce, en temps réels, ces plateformes ont démontré à quel point elles pouvaient être utiles pour une même et unique cause.

En France, il existe par ailleurs une association baptisée VISOV qui a développé un dispositif s’appuyant sur les médias sociaux pour aider les pouvoirs publics et les équipes d’intervention lors de situations d’urgence (catastrophes naturelles, fortes intempéries, épidémies, etc). Pour en savoir plus, vous pouvez consulter leur site Internet (http://www.visov.org/) ou lire cette interview d’un des responsables de VISOV 

 

A.A

Laissez un commentaire

Wellcom
PROI WorldWide
Global Compact
ICCO
Wellcom
8 rue FourcroyParis, 75017 • France
• Tél. : 01 46 34 60 60